Project Gotham Racing 4

Project Gotham Racing 4

Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler un peu plus de Project Gotham Racing 4 (PGR4) que j’ai « découvert » il y a très peu de temps grâce à l’ami Droudrou qui m’en a fait cadeau. Je dis bien « découvert » car je connais déjà bien la série, il faut quand même savoir que je suis un grand fan, notamment de son ancêtre Metropolis Street Racer sur Dreamcast que j’ai adoré en 2001 et sur lequel j’ai passé de nombreuses nuits…

Après cela, n’ayant pas eu la chance de posséder la première Xbox j’avais dû faire l’impasse sur les épisodes Project Gotham Racing 1 et 2 mais pour revenir en force avec le troisième épisode (NB : depuis l’erreur a été réparée), faisant partie du line-up de la Xbox 360 et maintenant ce quatrième et dernier opus. Bizarre Creations a refait le même coup que sur Xbox, à savoir sortir un premier épisode très sympathique (qui a quand même plutôt bien vieilli) tout en gardant sous la pédale pas mal de choses pour sortir l’épisode ultime qu’est PGR4. Car pour moi, la série des Gotham Racing a trouvé son apogée avec cet épisode vraiment bien fichu bénéficiant d’une intro magnifique… il tire pleinement profit des capacités techniques de la console pour nous fournir des graphismes de haute volée, une retranscription impressionnante des villes proposées (Londres, Tokyo, Macao, Shangaï, St Petersburg, Las Vegas, Québec, Nürburgring ainsi que le circuit Michelin).

Pour ajouter une touche de réalisme, qui faisait défaut à Project Gotham Racing 3, Bizarre a intégré l’aspect météorologique aux différentes courses, pour permettre de rouler sous la pluie, la neige, l’orage, la brume, le brouillard ou encore de nuit sur certains tracés comme Tokyo ou Shangaï. L’autre grosse nouveauté de cet épisode est la possibilité de piloter des motos en même temps que des voitures, cela va sans dire que les courses risquent d’être très disputées. Les motos sont très fun à piloter et sur certaines épreuves sont plus intéressantes que les 4 roues, mais elles restent, cependant, très « affaiblies » du fait de leurs 2 roues (pensez par là lors d’un choc entre une voiture et une moto).

Côté gameplay, rien n’a véritablement changé (hormis les motos), c’est du tout bon, les voitures répondent au doit et à l’œil et suivant le type de véhicule il vous faudra plusieurs essais avant de les maîtriser complètement. Et finalement, concernant l’animation rien à signaler, pas de baisse de framerate, pas de lag sur les parties en ligne… bref du grand art !

Concernant le jeu en lui-même, on se retrouve dans cet épisode avec un mode Arcade reprenant 60 épreuves dans lesquelles il est nécessaire de remporter des médailles allant de l’acier au platine (comme dans les autres Project Gotham Racing), ces épreuves se déroulant sur les différents tracés du jeu selon différents modes de jeu (Course de rue, Elimination, Temps vs Kudos, Sprint cônes, Radar – mon épreuve préférée -…) bref, du grand classique.

L’autre partie du mode solo réside dans le mode Carrière qui vous fera partir de la 72ème place, en enchaînant des tournois de par le monde, qui si vous les gagnez, vous feront grimper au classement dans le seul et unique but de devenir #1 (Numero Uno). Ce mode carrière vous permettra également de temps en temps de disputer quelques challenges appelés « Invitational », qui vous débloqueront le véhicule avec lequel vous aurez piloté durant cette épreuve. Les habitués de Project Gotham Racing ne seront pas perdus car il y a toujours les 2 principaux buts : remporter la course avec le meilleur chrono mais également remporter un maximum de Kudos, ces points de style délivrés lors de dérapages (contrôlés), virages parfaits, grande vitesse, wheelie et endos (pour les motos), bref toutes les figures de style permettant de faire une « belle course ».

Chose nouvelle dans ce PGR, un compteur d’étoiles vient se greffer au nombre de Kudos que vous remportez à chaque figure, lorsque vous atteignez 100 Kudos, une première étoile s’affiche, si vous continuez la chaîne vous pouvez atteindre les 5 étoiles maximum requises avec 500 Kudos, le but du jeu étant bien sûr d’atteindre le maximum de Kudos d’affilée. PGR4 en solo, c’est 2 principaux modes de jeu (avec toujours la possibilité d’effectuer des chronos sur chaque tracé) qui donneront pas mal de fil à retordre, notamment dans les difficultés les plus avancées.

Comme dans chaque PGR vous aurez tout un lot de voitures à votre disposition, certaines de base d’autres à débloquer. C’est là que plus vous aurez accumulé de Kudos, plus vous pourrez les dépenser dans la boutique, vous permettant de débloquer certaines pistes (pour les chronos) mais surtout certains véhicules de gamme plus importante (Pack Ferrari, Pack Aston Martin etc…), ceux ci étant utilisables ensuite dans les modes Solo et Multijoueur. Parlons en brièvement de ce mode multijoueur qui est, lui aussi, très intéressant.

Plusieurs types de confrontation s’offrent à nous : Courses de rue, Elimination, Chat et Souris… et notamment le mode « Touriste » dans lequel le chauffeur (pas le chauffard hein !!) qui aura acquis le plus de Kudos aura remporté la partie. Très fun, mais uniquement quand on joue avec des partenaires de qualité… car dès que l’on tombe sur le « n’importe qui » sur le Live (qui a osé parler de moi !!), on peut tomber facilement sur un abruti qui n’a rien compris au système et qui vous envoie dans le décor juste pour gagner la course. L’autre aspect intéressant du mode multijoueur est la possibilité de participer à des tournois où l’on peut rencontrer tout le Gotha de Gotham Racing 4 (je sais elle était facile celle là ).

Enfin, pour être complet, sachez qu’il existe du DLC pour cet excellent jeu. Disponible sous 2 formes : d’un côté le pack gratuit qui débloque la Peugeot Flux 2007 ainsi que les deux modes de jeu « Chat et Souris » et le mode « Touriste » ; de l’autre côté le pack « premium » payant à 400 points MS incluant 7 nouvelles voitures et 3 nouvelles motos, un mode Arcade de 6 challenges spécial DLC, un mode carrière de 10 nouvelles épreuves et un challenge appelé Platine Plus dans lequel la médaille Platine sera de mise… bref, ce dernier challenge est à réservé aux cracks . Pour conclure, je dirais que ce quatrième et dernier opus de Bizarre Creations est, selon moi, l’aboutissement de la série, les fans de conduite Arcade sont plus que ravis de voir tourner ces bolides dans d’aussi bonnes conditions.

Les commentaires sont clos.