Pac-Man Championship Edition DX

Pac-Man Championship Edition DX

A l’occasion du « Deal of the Week », je me suis enfin décidé à me prendre l’opus 2010 du plus célèbre et illustre jeu de Namco : Pac-Man dans sa « Championship Edition DX ». Derrière ce nom barbare et un énième retour de la licence que l’on croirait issu des plus grandes têtes pensantes de Capcom, se cache une pépite comme on peut en trouver en quantité impressionnante sur le Xbox Live Arcade. On croyait le concept de Pac-Man désuet, voire utilisé jusqu’à la moelle, mais il n’en est point puisque nous sommes en présence – je m’avance un peu ! – de la meilleure version à ce jour de ce monstre sacré vidéoludique.

Pac-Man dans une version boostée

Il est vrai que la version originale est un incontournable, développer une nouvelle version de ce titre culte peut apporter quelques craintes, on se souvient notamment du premier opus « Championship Edition » sorti également sur le Xbox Live Arcade qui nous avait bien laissé sur notre faim au niveau de son contenu… Un petit rappel sur le concept ne fera pas de mal, nous sommes sur un écran mettant en place un labyrinthe à l’intérieur duquel se trouve une boule jaune (Pac-Man) qui doit avaler des petites boules distillées sur le plan de jeu appelées pac-gommes. Après les avoir ingurgitées, des items apparaissent (clés, fruits, cloches…) qu’il faudra récupérer également dans un souci d’augmentation du score.

Cela serait trop simple si des fantômes ne tentaient pas de couper la route de notre héros pour le dévorer… à moins que Pac-Man n’avale une de ces petites boules magiques qui lui permet de les avaler un par un pendant quelques secondes (le but étant de se faire suivre par un grand nombre de fantômes pour déclencher un combo maximisé et ainsi scorer plus !).

Un gameplay bien dépoussiéré

L’avantage avec cette version CE DX est que le gameplay ne s’arrête pas aux bases du concept original, en effet, 3 principales nouveautés ont été ajoutées par rapport à l’authentique Pac-Man de 1979. Tout d’abord, l’ajout d’un « slow motion » (apparenté à un bullet-time comme on en voit de plus en plus dans les jeux actuels tels que Stranglehold) dès lors qu’un fantôme est vraiment proche de croquer Pac-Man, ce qui laisse une chance d’esquiver et ainsi pouvoir repartir de plus belle. Ensuite, certains fantômes sont éparpillés dans le labyrinthe, en train de roupiller, si la petite boule jaune passe à côté d’eux, ils se réveilleront et se mettront à sa poursuite, simple mais il fallait y penser.

La dernière initiative réside dans la possibilité d’utiliser une bombe pour que tous les fantômes vous poursuivant (ou faisant face) retournent dans leur carré central mais en contrepartie Pac-Man perd systématiquement de la vitesse. Sinon, rien n’a changé votre principal ennemi n’est pas celui que l’on pense (le fantôme) mais plutôt l’accélération de la boule jaune et cela peut très vite tourner au cauchemar pour ceux ne maîtrisant pas le pad… Les différents ajouts et la pureté du gameplay original donnent à ce titre un côté très nerveux et surtout très jouissif (accompagné d’effets lumineux dignes des meilleurs night clubs !) notamment lorsque l’on se met à avaler un fil de 30 fantômes à la suite !

Des modes de jeu à gogo

Du côté technique, les menus sont très propres tout comme le jeu dans son ensemble, c’est ce que l’on appelle fêter dignement le trentième anniversaire de la petite boule jaune. Nous sommes en face d’un titre ayant un petit côté psychédélique comme c’est le cas sur les remix récents de Space Invaders, autre monument du jeu vidéo, avec les épisodes Extreme et Extreme 2. Le titre étant tout de même assez basique, aucun ralentissement n’a pu être constaté (et heureusement !).

Cependant il est appréciable de remarquer que Namco a ajouté des skins assez différentes permettent de donner un look psychédélique ou traditionnel au niveau… tout comme les musiques qui sont modifiables entre originales et remixées (groovy !). La seule petite ombre au tableau que je relèverai concerne la jouabilité au pad (croix ou stick analogique), qui se trouve être quelque peu difficile dans les moments où la vitesse de Pac-Man est au maximum, à voir donc avec la nouvelle manette ou encore mieux avec le pad MadCatz dédié à Street Fighter IV.

Au niveau des modes de jeu, ici rien de comparable avec la précédente version puisqu’il y a les éternels Score Attack (5 minutes puis 10 minutes), les contre-la-montre avec un nombre défini de fruits à gober ou de fantômes à avaler… mais tout cela sur 10 niveaux différents (dont celui de la Championship Edition) que l’on débloque uniquement au fur et à mesure de l’avancée, 130 niveaux au total, même si on n’accroche pas au délire du scoring, il y a quand même de quoi faire (surtout à ce prix là !).

Alors on prend ou pas ?

Bien entendu, Pac-Man est un jeu infini comme n’importe quel jeu d’arcade vu que les classements mondiaux sont présents pour permettre de revenir constamment sur le titre en vue d’améliorer son score… L’addiction à la Pac-Mania est ahurissante, tel un shoot’em’up ou encore un puzzle game, on se retrouve à prendre 5 minutes par ci par là pour tenter de faire un meilleur score, le bonheur de l’arcade à l’état pur ! Vous l’aurez donc compris, Namco nous offre la version la plus aboutie de son soft vieux de plus de 30 ans en gardant tout de même la grosse majorité de son gameplay original, si comme moi vous êtes un vieux con nostalgique qui plus est accro au scoring, ruez vous dessus !

 

Les commentaires sont clos.